TSX - SWY LAST: 0,23 -0,01 -2,17% Vol: 422 619 novembre 16, 2018

Stornoway annonce ses résultats financiers du quatrième trimestre et de l’exercice 2017

03-26-2018

LONGUEUIL, Québec, 26 mars 2018 (GLOBE NEWSWIRE) -- Stornoway Diamond Corporation (TSX-SWY; la « Société » ou « Stornoway ») a annoncé aujourd’hui ses résultats financiers et ses résultats d’exploitation pour le trimestre et l’exercice clos le 31 décembre 2017.

Le résultat, les charges d’exploitation et les dépenses d’investissement présentés tiennent compte de l’adoption récente d’une modification de méthode comptable touchant l’inscription à l’actif de certaines dépenses d’aménagement souterrain (se reporter à la rubrique « Modifications de méthodes comptables » ci‑dessous).

FAITS SAILLANTS DE L’EXERCICE CLOS LE 31 DÉCEMBRE 2017

(tous les montants sont présentés en $ CA, sauf indication contraire)

  • Pour l’exercice clos le 31 décembre 2017, Stornoway a inscrit une perte nette de 114,6 M$ ($0,14 par action de base et entièrement diluée), comparativement à un bénéfice net de 19,6 M$ pour l’exercice 2016 ($0,03 par action de base et entièrement dilué). Le résultat de 2017 tient compte d’une charge pour moins-value hors trésorerie de 171,0 M$ liée à la baisse du prix du diamant par rapport aux prévisions initiales de la Société. Le résultat net avant charges pour moins-value1 pour  le quatrième trimestre s’est établi à 11,1 M$ et 15,0 M$ pour l’année.
  • En 2017, la mine de diamant Renard a atteint le stade de la production commerciale, a achevé le processus de démarrage dans les délais prévus et a fonctionné pendant deux trimestres complets à sa capacité nominale ou à une capacité supérieure.
  • Pour le quatrième trimestre, l’exploitation minière des fosses à ciel ouvert Renard 2-3 et Renard 65 a représenté 827 181 tonnes, dont 442 476 tonnes de minerai extrait. Pour l’exercice complet, l’exploitation minière des fosses à ciel ouvert a représenté 4 475 854 tonnes (102 % du tonnage prévu), dont 2 091 782 tonnes de minerai extrait.
  • Pour le quatrième trimestre, une production totale de 398 267 carats a été récupérée du traitement de 518 817 tonnes de minerai, à une teneur de 77 carats par cent tonnes (« cpht »). Pour l’exercice complet, une production totale de 1 642 934 carats a été récupérée du traitement de 1 956 436 tonnes de minerai à raison de 84 cpht (ce qui représente respectivement 98 %, 97 % et 99 % des prévisions).
  • Pour le quatrième trimestre, la Société a vendu 486 633 carats2 de diamants, ce qui a rapporté un produit brut1,[3] de 52,6 M$ à un prix moyen de 86 $ US le carat (108 $ le carat4). Pour l’exercice complet, Stornoway a vendu 1 701 561 carats pour un produit brut1,3 de 186,2 M$ à un prix moyen de 85 $ US le carat (109 $ le carat5).
  • Pour le quatrième trimestre, les charges d’exploitation décaissées par tonne traitée1,[6],  se sont élevées à 42,10 $ la tonne (54,85 $ le carat) et les dépenses d’investissement1,6, à 47,7 M$. Pour l’exercice complet, les charges d’exploitation décaissées par tonne traitée1,6 se sont chiffrées à 45,02 $ la tonne (53,60 $ le carat) et les dépenses d’investissement1,6, à 126,9 M$.
  • Pour le quatrième trimestre, la Société a inscrit un BAIIA ajusté1,6 de 25,2 M$, ou 45,5 % des produits. Pour l’exercice complet clos le 31 décembre 2017, le BAIIA ajusté s’est élevé à 85,0 M$, soit 43,3 % des produits.
  • À la clôture de l’exercice, la trésorerie, les équivalents de trésorerie et les placements à court terme totalisaient 81,0 M$, et les liquidités disponibles1 de la Société, compte tenu des facilités de crédit disponibles, se chiffraient à 101,8 M$.

1 Se reporter à la rubrique « Mesures non conformes aux IFRS ».
2 Y compris 32 989 carats vendus au troisième trimestre pour lesquels les produits ont été comptabilisés au quatrième trimestre.
3 Avant financement lié à la production et redevances.
4 Selon un taux de change moyen du dollar canadien en dollar américain de 1,26 $.
5 Selon un taux de change moyen du dollar canadien en dollar américain de 1,29 $.
6 Se reporter à la rubrique « Modifications de méthodes comptables »

Matt Manson, président et chef de la direction, a déclaré : « En 2017, la mine de diamant Renard de Stornoway a enregistré un excellent rendement en termes d’extraction minière, de production de carats, de démarrage du traitement et de coûts. La mine a inscrit de solides marges d’exploitation, avec un BAIIA de 85 M$ malgré une première année de ventes marquée par la baisse du prix du diamant sur le marché. À la clôture de 2017, la mine Renard affichait les coûts les plus faibles parmi toutes les mines de diamant canadiennes, tandis que ses diamants se taillaient une place enviable sur le marché du diamant brut. Au premier semestre de 2018, la production de minerai devrait passer de notre fosse à ciel ouvert de départ à la mine souterraine. Assurer un démarrage efficace de l’opération souterraine demeure une priorité pour l’équipe de la mine Renard.  Au même moment, un circuit de tri de minerai-stérile visant à améliorer la qualité de notre production de diamants et à permettre une expansion de notre capacité de traitement future sera également mis en service. Ces deux projets d’investissement progressent bien et, une fois achevés, ils définiront le caractère du projet pour la décennie à venir, a poursuivi M. Manson. Depuis la fin de nos appels de fonds en 2014, et pendant les quatre années de construction et d’exploitation minières qui ont suivi, Stornoway a privilégié pour sa gestion financière le maintien d’un bilan solide et d’une situation de trésorerie adéquate. Cette orientation restera une priorité tandis que nous engageons les dépenses d’investissement prévues pour 2018 et que nous nous employons à réaliser le potentiel de croissance de l’entreprise au chapitre de la production et des produits des activités ordinaires. »

Tableau 1. Faits saillants de nature financière

(en millions de dollars canadiens, sauf indication contraire)

 Trimestre clos le Exercice clos le 
 31 décembre 2017 31 décembre 2017 
Minerai extrait (tonnes)490 237 2 218 385 
Stérile extrait (tonnes)444 058 2 704 560 
Minerai traité (tonnes)518 816 1 956 435 
Carats récupérés398 267 1 642 934 
Carats vendus2486 633 1 701 561 
Produits des activités ordinaires55,5 196,5 
Coût des produits vendus43,2 149,2 
Charges pour moins-value171,0 171,0 
Frais de vente,charges générales & administratives & frais de prospection4,6 19,9 
(Produits financiers) charges financières et autres (produits) charges3,1 7,6 
(Profit) perte de change0,7 (7,9)
(Perte nette) bénéfice net
(Perte nette) bénéfice net par action – Base et dilué
(118,6
(0,14
)
)
(114,6
(0,14
)
)
Résultat net avant charges pour moins-value111,1 15,0 
BAIIA ajusté125,2 85,0 
Marge du BAIIA ajusté (%)145%43%
Dépenses d’investissement147,6 126,9 

SURVOL DES RÉSULTATS FINANCIERS 

Les produits des activités ordinaires se sont établis à 55,5 M$ pour le quatrième trimestre et à 196,5 M$ pour l’ensemble de l’exercice 2017. Les produits des activités ordinaires comprennent l’amortissement du produit reçu d’avance par la Société aux termes du contrat d’achat de la production de diamants de Renard en échange d’engagements futurs de livraison de diamants à des prix prévus par contrat.

Selon la méthode comptable modifiée, la Société a inscrit pour l’exercice 2017 un BAIIA ajusté1,6 de 85,0 M$, soit 43,3 % des produits des activités ordinaires. La Société a comptabilisé au 31 décembre 2017 une charge pour moins-value de 171,0 M$ liée à la valeur comptable de ses immobilisations corporelles, ce qui reflète la perspective d’un prix du diamant inférieur aux prévisions. Compte non tenu de cette charge, la Société a inscrit un résultat net avant charges pour moins-value1 de 15,0 M$.

Au cours du quatrième trimestre, la Société a prélevé des fonds sur sa facilité d’emprunt de premier rang auprès de Diaquem Inc. (filiale en propriété exclusive de Ressources Québec) avant son expiration prévue à la clôture de l’exercice, et a remboursé 16,0 M$ sur le capital de ses emprunts en cours. Au 31 décembre 2017, la trésorerie, les équivalents de trésorerie et les placements à court terme totalisaient 81,0 M$, et les liquidités disponibles1 de la Société, compte tenu des facilités de crédit disponibles, se chiffraient à 101,8 M$.

MODIFICATIONS DE MÉTHODES COMPTABLES

Les résultats du quatrième trimestre et de 2017 tiennent compte de l’incidence d’une modification de méthode comptable récemment adoptée par la Société conformément à IAS 8 Méthodes comptables, changements d'estimations comptables et erreurs. Aux termes de cette nouvelle méthode, certains coûts liés à l’aménagement de la mine souterraine qui étaient auparavant passés en charges seront désormais inscrits à l’actif et amortis sur la période au cours de laquelle l’infrastructure souterraine contribuera probablement à la capacité de génération de produits de la mine. Les sociétés minières appliquent des traitements comptables différents aux dépenses d’aménagement engagées pendant la phase de production. Grâce à ce changement, les états financiers présenteront de l’information fiable et plus pertinente sur le rendement financier de Stornoway, notamment sur les charges d’exploitation, les dépenses d’investissement et le résultat.

Le tableau 2 présente un rapprochement de certaines mesures financières et mesures de l’exploitation sur lesquelles la modification de méthode comptable a eu une incidence, pour les trois états financiers consolidés intermédiaires de 2017 de la Société.

Tableau 2. Rapprochement des principales mesures financières et mesures de l’exploitation compte tenu de la modification de méthode comptable

(en millions de dollars canadiens, sauf indication contraire)

Trimestres clos lesExercice clos le
31 mars 201730 juin 201730 septembre 201731 décembre 201731 décembre 2017
Chiffres présentés antérieu-rementAjuste-mentAprès ajuste-mentChiffres présentés antérieu-rementAjuste-mentAprès ajuste-mentChiffres présentés antérieu-rementAjuste-mentAprès ajuste-mentAprès ajustementAprès ajustement
Coût des produits vendus (M$)
36,4 -2,8 33,6 33,9 -1,6 32,3 49,2 -9,1 40,1 43,3 149,2 
Charges d’exploitation décaissées par tonne traitée ($/t)1
57,86 -5,19 52,67 54,12 -9,43 44,69 57,97 -15,98 41,99 42,10 45,02 
Charges d’exploitation décaissées par carat récupéré ($/ct)1
62,98 -5,65 57,33 66,39 -11,56 54,83 66,39 -18,30 48,09 54,85 53,60 
Dépenses d’investissement (en M$)1
17,1 +2,2 19,3 24,0 +4,8 28,8 22,7 +8,5 31,2 47,6 126,9 
BAIIA ajusté (M$)1
19,7 +1,6 21,3 15,1 +1,7 16,8 15,0 +6,7 21,7 25,2 85,0 
Marge du BAIIA ajusté1
40,6 %+3,3 %43,9 %35,6 %+3,9 %39,5 %30,0 %+13,4 %+43,4 %45,4 %43,3 %
           

FAITS SAILLANTS DE L’EXPLOITATION

Environnement, santé, sécurité et communautés

Aucun incident avec arrêt de travail n’a été enregistré au cours du trimestre, ce qui porte le taux d’incident avec arrêt de travail depuis le début de l’exercice à 0,4 pour les entrepreneurs et à 0 pour les employés de Stornoway. La main-d’œuvre sur place au mois de décembre a atteint une moyenne de 324 travailleurs par jour (Stornoway et entrepreneurs), dont 12 % étaient des Cris du territoire Eeyou Istchee. Le nombre d’employés de Stornoway s’élevait à 505 au 31 décembre 2017. De ce nombre, 437 étaient des employés à la mine, dont 12 % étaient des Cris, 26 % venaient de Chibougamau et de Chapais et 62 % venaient de l’extérieur de la région. Un incident d’infraction aux lois et aux règlements régissant la protection de l’environnement a été enregistré au cours du trimestre parce qu’un déversement accidentel d’éthylèneglycol a été signalé après le délai prescrit de 24 heures.

Production commerciale, démarrage et certification d’achèvement

Stornoway a déclaré officiellement l’entrée en production commerciale de la mine de diamant Renard le 1er janvier 2017, marquant ainsi la fin de la période des dépenses d’investissement initiales liées au projet. Le démarrage de la production a eu lieu dans les délais prévus, à la fin du deuxième trimestre de 2017, et le projet a atteint un taux de traitement moyen de 6 149 tonnes par jour en juin 2017. Depuis cette date, deux trimestres complets d’exploitation ont été effectués à des taux de traitement moyens respectifs de 5 957 tonnes par jour et de 6 014 tonnes par jour.

Après la clôture de l’exercice, soit le 7 février 2018, la Société a annoncé l’obtention de la certification d’achèvement complet visant la mine Renard aux termes des modalités d’importantes conventions de financement de projets de Stornoway conclues en juillet 2014.

Exploitation minière et traitement

Pour le quatrième trimestre, 827 181 tonnes ont été extraites des fosses à ciel ouvert Renard 2-3 et Renard 65, dont 442 476 tonnes de minerai extrait. Le traitement de 518 817 tonnes de minerai des kimberlites de Renard 2 et de Renard 3 a donné lieu à la récupération de 398 267 carats, soit une teneur attribuable de 77 cpht.

Pour l’exercice, 4 475 854 tonnes ont été extraites des fosses à ciel ouvert Renard 2-3 et Renard 65, comparativement aux 4 369 532 tonnes prévues (102 %), dont 2 091 782 tonnes de minerai extrait. Le traitement de 1 956 436 tonnes de minerai a donné lieu à la récupération de 1 642 934 carats, soit une teneur attribuable de 84 cpht, comparativement aux prévisions de 1 999 000 tonnes de minerai et de 1 694 312 carats récupérés d’une teneur de 85 cpht (respectivement 98 %, 97 % et 99 % des prévisions). 

La production de carats a été inférieure aux prévisions pour le quatrième trimestre et pour l’exercice complet, en raison du traitement non planifié, en novembre, d’un lot de minerai de faible teneur provenant de Renard 65 dans le but d’obtenir un échantillonnage pour évaluer les diamants de Renard 65.

Pour le quatrième trimestre, les charges d’exploitation décaissées par tonne traitée1,6 se sont élevées à 42,10 $ la tonne (54,85 $ le carat récupéré1,6). Pour l’exercice complet, les charges d’exploitation décaissées par tonne traitée1,6 se sont chiffrées à 45,02 $ la tonne (53,60 $ le carat récupéré1,6). Selon la méthode comptable modifiée, les charges d’exploitation décaissées sont moins élevées et les dépenses d’investissement sont plus élevées que ne le laissaient entrevoir les prévisions de 2017.

Ventes de diamants

Stornoway a vendu un total de 486 6332 carats au quatrième trimestre dans le cadre de deux ventes par appels d’offres, pour un produit brut1,3 de 52,6 M$, à un prix moyen de 86 $ US le carat (108 $ le carat4). Pour l’exercice complet, Stornoway a vendu 1 701 561 carats pour un produit brut1,3 de 186,2 M$, à un prix moyen de 85 $ US le carat (109 $ le carat5).

Commentaire sur la production de diamants et sur le marché du diamant brut

En 2017, la qualité et la taille des diamants récupérés à la mine Renard ont été impactées par des taux élevés de dommages occasionnés aux diamants pendant le traitement, ce qui s’est traduit par une réduction correspondante du prix moyen obtenu lors de la vente. La Société estime que les mesures prises pour atténuer le taux de bris et le ramener à un niveau plus acceptable se traduiront par une amélioration significative de la valeur. La source des bris a été localisée, essentiellement dans le concasseur secondaire à cônes et dans le concasseur tertiaire à cylindre de broyage à haute pression, et elle semble liée à la forte proportion de matériel résistant présent dans la dilution interne inhérente au minerai de Renard qui génère un milieu abrasif dans les concasseurs. La Société estime que l’installation d’un circuit de tri de minerai-stérile dans le cadre d’un programme d’investissement extraordinaire approuvé par le conseil d’administration en août 2017 contribuera à augmenter la qualité des diamants produits, par la suppression d’une part importante du matériel de dilution abrasif dans les circuits de concassage. La mise en service du nouveau circuit de tri de minerai-stérile devrait débuter sous peu.

Entre la première vente de diamants de Renard, en novembre 2016, et la dixième vente, en décembre 2017, le prix moyen du produit brut de la mine Renard, après prise en compte des variations de la distribution granulométrique et de la qualité, a affiché une augmentation réelle de 13,5 %. Cette tendance à la hausse du prix reflète une réaction positive du marché du diamant brut à l’égard de la qualité, de la couleur et du rendement de polissage de la production diamantifère de Renard, de même qu’à une participation accrue aux appels d’offres de la Société. Un résultat obtenu malgré les difficultés qu’a connues le marché du diamant brut en 2017, ces difficultés découlant de l’augmentation des ventes par les producteurs de diamants bruts (notamment par trois nouvelles mines de diamant) et de la croissance faible ou inexistante des ventes de diamants polis et des diamants de joaillerie. Ces conditions de marché ont été exacerbées par les événements entourant la démonétisation en Inde à la fin de 2016, lesquels ont influé sur le prix des diamants bruts de petite taille et de moindre qualité au cours de l’exercice 2017. À la clôture de l’exercice, les effets de la démonétisation en Inde s’étaient presque entièrement dissipés sur le marché du diamant brut, et les fortes ventes de la saison des Fêtes, particulièrement en Asie, ont permis une hausse modérée des prix au début de 2018, tant pour les diamants bruts que pour les diamants polis.

Après la clôture de l’exercice, soit le 29 janvier 2018, la Société a annoncé avoir vendu, lors de la première vente par appel d’offres de 2018, 138 687 carats pour un produit brut1,3 de 14,4 M$ US soit un prix moyen de 104 $ US le carat. Il s’agit du prix le plus élevé jamais atteint pour les diamants de Renard, ce qui témoigne du raffermissement du marché du diamant et de la réduction notable du taux de bris ainsi que de l’amélioration de la distribution granulométrique et de la qualité des diamants.

Projets d’investissement

Selon la méthode comptable modifiée, les dépenses d’investissement1,6 du quatrième trimestre se sont chiffrées à 47,7 M$ et découlaient principalement de l’aménagement de la mine souterraine et de la construction du circuit de tri de minerai-stérile. Pour l’exercice clos le 31 décembre 2017, les dépenses d’investissement1,6 ont été de 126,9 M$. Selon la méthode comptable modifiée, les charges d’exploitation décaissées sont moins élevées et les dépenses d’investissement sont plus élevées que ne le laissaient entrevoir les prévisions de 2017.

L’aménagement de la mine souterraine au quatrième trimestre portait principalement sur les travaux de développement latéraux de la kimberlite et du stérile pour la galerie de forage des niveaux 160, 240 et 270, de même que pour les points de soutirage au niveau 290. La construction du puits d’air frais a également été achevée pendant cette période. Les travaux de développement latéraux portaient sur 1 227 mètres comparativement aux 1 062 mètres prévus (+16 %). Pour l’exercice complet, les travaux de développement latéraux se sont chiffrés à 4 869 mètres comparativement aux 4 460 mètres prévus (+9 %).

Le premier dynamitage de production à la mine souterraine a été réalisé avec succès le 20 décembre 2017. La mine souterraine devrait atteindre son plein régime de production d’ici le deuxième trimestre de 2018, soit dans les délais prévus.

Prévisions révisées pour l’exercice 2018

Selon la méthode comptable modifiée, les charges d’exploitation décaissées1 devraient être de 48 $ à 50 $ par tonne traitée (de 75 $ à 77 $ par carat récupéré) et les dépenses d’investissement1 devraient se chiffrer à 100 M$ pour l’exercice 2018. Ces chiffres se comparent à des prévisions 2018 antérieures de 56 $ à 58 $ par tonne traitée (de 87 $ à 92 $ par carat récupéré) et de dépenses d’investissement1 de 82 M$. Les autres prévisions pour 2018 (tableau 3) n’ont pas été touchées par la modification de méthodes comptables.

Tableau 3. Prévisions révisées pour l’exercice 2018

(en millions de dollars canadiens, sauf indication contraire)  
Exploitation minière et traitement    
Tonnes extraites de fosses à ciel ouvert   2,7 millions
Tonnes extraites de la mine souterraine   2,2 millions
Tonnes traitées   2,5 millions
Carats récupérés   1,6 million
Teneur (cpht)   65
Charges d’exploitation décaissées par tonne traitée   48 – 50 $
Charges d’exploitation décaissées par carat récupéré   75 – 77 $
     
VENTE ET COMMERCIALISATION    
Carats vendus (+7 DTC)   1,1 million
Carats vendus (-7 DTC)   0,5 million
Prix moyen obtenu pour les diamants (+7 DTC)   125 – 165 $ US
Prix moyen obtenu pour les diamants (-7 DTC)   15 – 19 $ US
     
DÉPENSES D’INVESTISSEMENT    
Dépenses d’investissement   100 M$


MISE À JOUR DES RÉSERVES MINÉRALES

Les réserves minérales au 31 décembre 2017 ont été mises à jour en fonction de l’épuisement de la mine. Au 31 décembre 2016, les réserves minérales prouvées et probables pour la mine de diamant Renard se chiffraient à 30,2 millions de tonnes d’une teneur de 66,3 cpht, ce qui équivaut à une production de 20,0 millions de carats.

En plus des réserves minérales, la mine de diamant Renard compte des ressources minérales indiquées supplémentaires de 2,8 millions de carats (6,1 millions de tonnes à une teneur de 46 cpht), des ressources minérales présumées de 13,1 millions de carats (23,4 millions de tonnes à 56 cpht) et de 33,0 millions à 71,1 millions de carats classés comme potentiel d’exploration hors ressources (de 76,2 millions à 113,2 millions de tonnes d’une teneur comprise entre 20 et 168 cpht). Le lecteur doit être avisé que la quantité et la teneur potentielles du gîte minéral possible sont théoriques, que les travaux d’exploration ne sont pas suffisants pour classer le gisement dans la catégorie des ressources minérales, et qu’il n’est pas certain que d’autres travaux d’exploration plus poussés entraîneront la découverte de ressources minérales. Toutes les kimberlites demeurent ouvertes en profondeur. La mise à jour des ressources minérales pour 2017 tient compte de données géologiques sur les contacts kimberlitiques et les propriétés géologiques internes révélés à la mine souterraine Renard à des niveaux de 160 mètres, 270 mètres et 290 mètres.

MESURES FINANCIÈRES NON CONFORMES AUX IFRS

Le présent document fait mention de certaines mesures financières, comme le résultat net avant charges pour moins-value, le BAIIA ajusté, la marge du BAIIA ajusté, le prix moyen obtenu pour le diamant, les charges d’exploitation décaissées par tonne traitée, les charges d’exploitation décaissées par carat récupéré, les dépenses d’investissement et les liquidités disponibles. Ces mesures ne sont pas reconnues en vertu des IFRS et n’ont pas de signification normalisée prescrite en vertu des IFRS. Par conséquent, ces mesures pourraient ne pas être comparables à des mesures semblables présentées par d’autres sociétés.

Chacune de ces mesures est tirée des états financiers de la Société et a été définie et calculée selon le jugement raisonnable de la direction. Ces mesures sont utilisées par la direction et par les investisseurs pour évaluer les résultats de la Société. Elles visent à fournir de l’information supplémentaire à l’utilisateur des états financiers; elles ne doivent pas être sorties de leur contexte ni être considérées comme pouvant remplacer les mesures préparées conformément aux IFRS. Pour de plus amples renseignements sur la question et pour un rapprochement avec les mesures conformes aux IFRS, se reporter à la rubrique « Mesures financières non conformes aux IFRS » du rapport de gestion de la Société au 31 décembre 2017 et pour l’exercice clos à cette date.

À PROPOS DE LA MINE DE DIAMANT RENARD

La mine de diamant Renard est la première mine diamantifère au Québec en importance et la sixième au pays. Elle est située à environ 250 km au nord de la communauté crie de Mistissini et à 350 km au nord de Chibougamau dans la région de la Baie-James, dans le centre-nord du Québec. Le projet de construction a commencé le 10 juillet 2014, et la production commerciale a été déclarée officiellement le 1er janvier 2017. On prévoit une production annuelle moyenne de diamants de 1,8 million de carats pendant les 10 premières années de vie de la mine. Les lecteurs sont invités à consulter le rapport technique du 11 janvier 2016 concernant l’estimation des ressources minérales de septembre 2015, et le rapport technique daté du 30 mars 2016 sur la mise à jour du plan minier et de l’estimation des réserves de mars 2016 pour de plus amples renseignements et d’autres hypothèses concernant le projet.

PERSONNES QUALIFIÉES

Les informations scientifiques ou techniques figurant dans le présent communiqué de presse ont été préparées sous la supervision de M. Patrick Godin, ing. (Québec), chef de l’exploitation, et de M. Robin Hopkins, géologue (NT/NU) et vice-président de l’exploration. M. Godin et M. Hopkins sont tous deux des personnes qualifiées en vertu du Règlement 43-101 sur l’information concernant les projets miniers (le « Règlement 43-101 »).

À PROPOS DE STORNOWAY DIAMOND CORPORATION

Stornoway est l’une des plus importantes sociétés canadiennes d’exploration de propriétés diamantifères et de production de diamants et elle est inscrite à la cote de la Bourse de Toronto sous le symbole SWY. Son siège social est situé à Montréal. Société axée sur la croissance, Stornoway détient en propriété exclusive une mine de calibre mondial, la mine Renard, la première mine de diamant au Québec.

Au nom du conseil d’administration
STORNOWAY DIAMOND CORPORATION
/s/ « Matt Manson »
Matt Manson
Président et chef de la direction

Pour plus d’information, veuillez contacter M. Ghislain Poirier, vice-président, Affaires publiques de Stornoway,
au 418 254-6550, gpoirier@stornowaydiamonds.com
For more information, please contact Matt Manson (President and CEO) at 416-304-1026 x2101
or Orin Baranowsky (CFO) at 416-304-1026 x2103 or Jodi Hackett (Manager, Communications) at 416-304-1026 x2104
or toll free at 1-877-331-2232
** Site Web : www.stornowaydiamonds.com Courriel : info@stornowaydiamonds.com **

ÉNONCÉS PROSPECTIFS

Le présent document contient de l’information prospective (telle qu’elle est définie par le Règlement 51-102 sur les obligations d’information continue) et des énoncés prospectifs au sens des lois sur les valeurs mobilières canadiennes et de la Private Securities Litigation Reform Act of 1995 des États-Unis (collectivement, « information prospective » ou « énoncés prospectifs »). Ces énoncés prospectifs ont été établis en date du présent document et la Société n’entend pas les mettre à jour et n’a aucune obligation de le faire, sauf si elle y est tenue par la loi.

Ces énoncés prospectifs se rapportent à des événements futurs ou à un rendement futur et comprennent notamment des énoncés se rapportant aux objectifs de Stornoway pour l’exercice à venir, à ses objectifs à moyen terme et à long terme et à ses stratégies en vue d’atteindre ces objectifs, ainsi que des énoncés concernant les opinions, plans, objectifs, attentes, estimations, intentions et perspectives d’avenir ou événements ou résultats prévus de la direction. Bien que la direction estime que ces hypothèses sont raisonnables compte tenu de l’information dont elle dispose actuellement, elles pourraient s’avérer inexactes.

Les énoncés prospectifs reflètent les attentes ou les opinions actuelles concernant des événements futurs et comprennent, sans s’y limiter, des énoncés à l’égard i) de la quantité de réserves minérales, de ressources minérales et de cibles de prospection; ii) de la quantité estimative de la production future pour une période donnée; iii) de la valeur actualisée nette et des taux de rendement internes de l’exploitation minière; iv) des attentes et cibles relatives à la teneur récupérée, à la distribution granulométrique et à la qualité des diamants, à la récupération moyenne du minerai, à la dilution interne, à la dilution minière et à d’autres paramètres miniers indiqués dans le rapport technique de 2016, de même qu’aux taux de fracturation du diamant; v) des attentes, cibles et prévisions relatives aux produits bruts des activités ordinaires, aux flux de trésorerie d’exploitation et à d’autres mesures des produits des activités ordinaires indiqués dans le rapport technique de 2016, à la croissance des ventes de diamants, aux coûts des produits vendus, aux coûts de production décaissés, aux estimations des marges brutes, aux ventes de diamants, aux mélanges de diamants vendus et aux dépenses d’investissement prévues et projetées, à la situation de trésorerie et aux besoins de fonds de roulement; vi) du potentiel d’agrandissement de la mine et d’élargissement des ressources de la mine, de la durée de vie prévue de la mine et de l’estimation de la récupération additionnelle du minerai, des produits et d’autres paramètres miniers découlant du potentiel de prolongement additionnel de la durée de vie de la mine; vii) des délais prévus pour la délivrance des permis et des approbations réglementaires liés aux activités de construction en cours à la mine de diamant Renard; viii) du calendrier prévu pour l’achèvement de la mine à ciel ouvert et de la mine souterraine de la mine de diamant Renard; ix) des obligations financières attendues de Stornoway ou des coûts engagés par celle-ci relativement à l’aménagement en cours de la mine de diamant Renard; x) des taux d’extraction, de mise en valeur, de production, de traitement et de prospection, de la progression et des plans, comparativement au calendrier et au budget et de l’optimisation prévue, des possibilités d’agrandissement et du calendrier y afférent, et des bénéfices prévus qui en découlent; xi) des plans de prospection futurs et des résultats supérieurs potentiels par rapport aux cibles identifiées à l’égard d’autres travaux de prospection; xii) des attentes relatives aux perspectives et aux tendances dans le secteur des diamants, de la production de diamants bruts, de l’offre et de la demande dans le marché des diamants bruts, et des cours futurs des diamants bruts, ainsi que de l’incidence potentielle des éléments susmentionnés sur diverses mesures financières et sur la production de diamants de Renard; xiii) des avantages économiques d’utiliser une centrale électrique alimentée au GNL plutôt qu’au diesel; xiv) des sources de financement et des besoins de financement prévus; xv) de la capacité de la Société à honorer ses obligations de livraison de la participation liée aux diamants visés aux termes de la convention d’achat et de vente; xvi) du taux de change entre le dollar américain et le dollar canadien; et xvii) des bénéfices prévus découlant des mesures de modification de l’usine récemment approuvées et du calendrier prévu ainsi que de l’investissement prévu pour les réaliser. Toute déclaration qui exprime ou implique des discussions en ce qui concerne les prévisions, attentes, croyances, plans, projections, objectifs, hypothèses ou événements ou rendements futurs (souvent, mais pas toujours, en utilisant des mots ou expressions tels que « s’attendre à », « prévoir », « planifier », « projeter », « estimer », « supposer », « avoir l’intention de », « stratégie », « buts », « objectifs », « calendrier » ou des variantes de ceux-ci ou en indiquant que certaines actions, certains événements ou résultats « peuvent », « pourraient » ou « devraient » être pris, survenir ou être atteints ou en utilisant le mode futur ou conditionnel à leur égard ou encore la forme négative de l’un de ces termes ou d’expressions similaires) n’est pas un énoncé de faits historiques et peut être un énoncé prospectif.

Les énoncés prospectifs sont établis en fonction de certaines hypothèses formulées par Stornoway ou ses consultants et d’autres facteurs importants qui, s’ils se révèlent inexacts, pourraient amener les résultats, performances ou réalisations réels de Stornoway à différer considérablement des résultats, performances ou réalisations futurs exprimés ou sous-entendus dans ces énoncés. Ces énoncés et renseignements s’appuient sur plusieurs hypothèses en ce qui concerne les stratégies et perspectives d’entreprise actuelles et futures ainsi que le contexte dans lequel Stornoway exercera ses activités au cours des périodes à venir, y compris la teneur récupérée, la distribution granulométrique et la qualité des diamants, la récupération moyenne du minerai, la dilution interne et les taux de fracturation, le prix des diamants, les coûts prévus et la capacité de Stornoway d’atteindre ses objectifs, le rendement financier prévu, l’évolution réglementaire, les plans de mise en valeur, les activités de prospection, de mise en valeur et d’exploitation minière, et le taux de change entre le dollar américain et le dollar canadien. Bien que la direction estime que ses hypothèses concernant ces questions sont raisonnables compte tenu de l’information dont elle dispose actuellement, elles pourraient s’avérer inexactes. Parmi les hypothèses importantes posées par Stornoway ou ses consultants dans le cadre de ses énoncés prospectifs, on note entre autres les suivantes : i) l’exactitude de nos estimations à l’égard des exigences en matière de capital et de main-d’œuvre; ii) les estimations de la valeur actualisée nette et des taux de rendement internes; iii) la teneur récupérée, la distribution granulométrique et la qualité des diamants, la récupération moyenne du minerai, la dilution interne, la dilution minière et d’autres paramètres miniers indiqués dans le rapport technique 2016, de même que les taux de fracturation du diamant; iv) les attentes relatives aux mélanges de diamants vendus et la réussite des mesures d’atténuation des problèmes en cours de bris des diamants à l’usine de traitement de la mine de diamants Renard et la réalisation des avantages prévus découlant des modifications de l’usine dans le respect de l’échéancier prévu et des coûts en capital prévus; v) la stabilisation du marché de change indien et le plein recouvrement des prix; vi) la réception des approbations réglementaires selon des modalités acceptables dans des délais habituels et l’absence de faits nouveaux défavorables en matière de réglementation; vii) les délais prévus pour l’aménagement continu d’une mine à ciel ouvert et d’une mine souterraine à la mine de diamant Renard; viii) les formations géologiques que l’on s’attend à rencontrer; ix) l’acceptation continue par le marché de la production de diamants de Renard, les prévisions prudentes relatives aux futurs prix du marché pour les diamants bruts et l’incidence des éléments susmentionnés sur diverses mesures financières et sur la production de diamants de Renard; x) l’échéancier, les progrès et les coûts des activités, plans, engagements et objectifs de prospection, de mise en valeur, de production et d’exploitations futurs; xi) la disponibilité des facilités de crédit existantes et du financement futur requis selon des modalités favorables et le respect de tous les engagements et conditions préalables liés aux engagements de financement à venir; xii) la capacité de la Société à honorer ses obligations de livraison de la participation liée aux diamants visés aux termes de la convention d’achat et de vente; xiii) l’interprétation par Stornoway des données de forage géologique recueillies et de leur incidence potentielle sur les ressources minérales indiquées et la durée de vie de la mine; xiv) la robustesse persistante du dollar américain par rapport au dollar canadien et l’absence d’une variabilité importante des taux d’intérêt; xv) l’amélioration des caractéristiques fondamentales de l’industrie des diamants à long terme et l’absence de détérioration importante de la conjoncture générale et économique et l’absence de variabilité importante des taux d’intérêt; xvi) l’augmentation du nombre de carats récupérés avec des teneurs qui augmentent progressivement dans le plan DVM; xvii) l’estimation de la récupération additionnelle du minerai, des produits et d’autres paramètres miniers découlant du potentiel de prolongement additionnel de la durée de vie de la mine avec des dépenses d’investissement minimales; xviii) la disponibilité d’employés qualifiés et le maintien de relations clés avec les partenaires de financement, les collectivités locales et autres parties prenantes; xix) les tendances positives à long terme de la demande et la demande de diamants surpassant considérablement l’offre; xx) les hauts taux d’épuisement des mines de diamants existantes; xxi) la stabilité continue de la production de diamants bruts mondiale; xxii) les besoins en capital modestes après 2018 conjugués à l’élargissement important des ressources disponibles à un coût marginal; xxiii) une hausse substantielle des ressources dans le cadre du plan minier; xxiv) les possibilités quant à l’accélération de l’extraction et à l’expansion du traitement du minerai à haute teneur, et à la réalisation des bénéfices prévus en découlant; xxv) les rendements supérieurs potentiels par rapport aux cibles identifiées à l’égard d’autres travaux de prospection; et xxvi) les montants limités des impôts à payer en espèces à moyen terme.

Par nature, les énoncés prospectifs comportent des incertitudes et des risques inhérents, tant généraux que spécifiques, et il y a un risque que les estimations, les prévisions, les projections et les autres énoncés prospectifs ne se concrétisent pas ou que les hypothèses ne reflètent pas la réalité future. Nous avertissons les lecteurs de ne pas se fier indûment à ces énoncés, étant donné que différents facteurs de risque importants pourraient faire en sorte que les résultats réels diffèrent sensiblement des opinions, des plans, des objectifs, des attentes, des prévisions, des estimations, des hypothèses et des intentions qui sont exprimés dans ces énoncés prospectifs. Ces facteurs de risque peuvent être généralement décrits comme le risque que les hypothèses et estimations mentionnées ci-dessus ne se matérialisent pas, y compris l’hypothèse figurant dans plusieurs énoncés prospectifs selon laquelle d’autres énoncés prospectifs seront exacts, mais ils comprennent particulièrement, sans s’y limiter, i) les risques liés aux variations de teneur, de distribution granulométrique et de qualité des diamants, de lithologies kimberlitiques et de contenu de roche encaissante dans le matériau identifié en tant que ressources minérales par rapport aux prévisions; ii) les variations des taux de récupération et des niveaux de fracturation du diamant; iii) l’incertitude quant à savoir si l’exploration additionnelle de cibles de prospection entraîne la délimitation des cibles comme ressources minérales; iv) les risques associés à notre dépendance envers la mine de diamants Renard et son historique d’exploitation limité; v) les faits nouveaux défavorables touchant la conjoncture économique générale et ceux survenant sur les marchés mondiaux du diamant; vi) les variations des évaluations des diamants et les fluctuations des prix des diamants par rapport à ceux présumés; vii) la demande insuffisante et l’acceptation de nos diamants par le marché; viii) les risques associés à la production et à la demande croissante des consommateurs à l’égard de diamants synthétiques de qualité précieuse; ix) les risques associés aux fluctuations du dollar canadien et d’autres monnaies par rapport au dollar américain et la variabilité des taux d’intérêt; x) l’inexactitude de nos estimations concernant les exigences de financement et de capital ainsi que les dépenses futures, d’importants besoins additionnels futurs en capital et la non-disponibilité de financement et de capital additionnels ou leur non-disponibilité selon des modalités raisonnables; xi) les incertitudes associées aux prévisions, aux coûts et aux échéanciers des plans de mise en valeur, des activités de prospection, de traitement, de production et d’exploitation futurs; xii) les augmentations relatives aux coûts en capital, coûts d’exploitation et dépenses d’investissement de maintien proposés; xiii) les hausses des charges financières ou les changements défavorables touchant les conditions du financement disponible, le cas échéant; xiv) des taux d’imposition ou de redevances plus élevés que prévu; xv) l’incertitude liée au potentiel de prolongement de la vie de la mine et aux résultats de l’exploration dans les zones d’élargissement potentiel des ressources; xvi) les changements visant les plans de mise en valeur ou d’exploitation minière en raison de changements visant d’autres facteurs ou des résultats de prospection; xvii) les risques liés à l’obtention des approbations réglementaires ou à la mise en œuvre de l’entente sur les répercussions et les avantages existante conclue avec les collectivités autochtones; xviii) le défaut d’obtenir et de maintenir en poste des employés qualifiés et de maintenir des relations clés avec les partenaires de financement, les collectivités locales et d’autres parties prenantes; xix) les risques associés aux problèmes actuels de bris des diamants à l’usine de traitement de la mine de diamants Renard et le défaut de concrétiser les avantages prévus découlant des modifications apportées à l’usine ou le défaut de les concrétiser dans les délais prévus et en respectant le coût du capital prévu ; xx) les effets négatifs sur le marché de la récente démonétisation indienne et l’effet continu sur le prix et la demande; xxi) les incidences de la concurrence sur les marchés où Stornoway exerce des activités; xxii) les risques d’exploitation et d’infrastructure; xxiii) le risque d’exécution lié à l’aménagement d’une mine productive à la mine Renard; xxiv) le risque que Stornoway soit incapable de s’acquitter de ses obligations de livraison de la participation liée aux diamants visés aux termes de la convention d’achat et de vente; xxv) les futures ventes ou émissions d’actions ordinaires entraînant la baisse du prix des actions ordinaires et la dilution de la participation des actionnaires actuels; xxvi) le risque de défaillance des systèmes d’information; xxvii) le risque que notre assurance ne couvre pas tous les risques éventuels; xxviii) les risques associés à notre dette importante et le défaut de satisfaire à nos obligations en matière de service de la dette; et xxix) les facteurs de risque additionnels décrits dans les présentes et dans les rapports de gestion annuels et intermédiaires et dans les autres documents d’information de Stornoway, ainsi que la prévision de la part de Stornoway par rapport à la gestion des risques décrits plus haut et l’efficacité avec laquelle elle les gère. Stornoway prévient le lecteur que la liste qui précède des facteurs pouvant influer sur les résultats futurs n’est pas exhaustive et que de nouveaux risques imprévisibles peuvent survenir de temps à autre.

Primary Logo

Source: Stornoway Diamond Corporation